Filtrer les éléments par date : novembre 2021

Transavia : huit nouvelles routes à Paris-Orly et 61 avions au printemps 2022

Transavia France annonce aujourd’hui l’ouverture des ventes de son programme estival 2022, annonçant huit nouvelle liaisons au départ de Paris-Orly et une flotte qui passera de 50 avions à 61 en avril prochain.

Au départ de sa base de Paris-Orly, elle proposera donc huit nouveautés dès le 27 mars : Bilbao, La Palma, Ponta Delgada (aux Açores), Erevan, Podgorica, Glasgow, Ljubljana et Skiathos.

Après un été 2020 marqué par un renforcement de son offre vers le bassin méditerranéen, la low cost du groupe Air France-KLM poursuit son développement sur ses marches phares. Ainsi, à l’été 2022, la compagnie va presque doubler ses capacités de vols vers l’Espagne par rapport à l’été 2019. 22 lignes dont 2 nouvelles seront proposées entre les deux pays. D’autres pays comme l’Italie, la Grèce (avec 23 routes), la Tunisie ou encore le Portugal bénéficieront également une forte augmentation de l’offre par rapport à 2019.

Transavia prolongera à l’été 2022 sept routes opérées cet hiver. Depuis Paris-Orly, elle opérera des vols vers Rome, Cracovie, Berlin, Stockholm, Amman et Montpellier. Depuis sa base de Montpellier, elle reconduira la ligne Montpellier-Oujda. Les passagers peuvent donc désormais planifier leurs vacances estivales et leurs voyages pour retrouver famille et amis.

La low cost française restera très présente sur le domestique, son deuxième marché. Brest, Biarritz, Montpellier et Toulon seront accessibles depuis Paris. Les Nantais pourront quant eux rejoindre sept destinations du sud de la France et de la Corse. D’autres routes transversales seront opérées comme Toulouse-Brest ou encore Rennes-Montpellier.

Un flotte de 61 avions
Transavia France poursuit son développement dans le cadre du plan stratégique d’Air France KLM. Après être passée en 2021 de 40 à 48 Boeing 737-800, elle s’apprête à en recevoir 2 nouveaux pour sa saison hivernale, portant sa flotte à 50 avions. Une nouvelle augmentation est prévue en 2022 : la compagnie comptera 61 avions dès avril prochain.

L’Angleterre assouplit ses conditions d’entrée le 4 octobre

Les Français vaccinés pourront, d’ici quinze jours, se rentre Outre-Manche sans avoir à réaliser au préalable un test PCR. Et les autorités britanniques envisagent pour fin octobre de rendre plus facile et moins coûteux le test du 2ème jour sur place.

Le secrétaire d’État britannique aux transports, Grant Shapps, a annoncé vendredi sur Twitter l’abandon « des feux de signalisation« . Ce système classe les pays dans les catégories rouge, orange ou verte.  S’y substitue une liste unique de lecture avec des « mesures simplifiées pour le reste du monde« . Pour les visiteurs vaccinés en provenance d’un pays ne faisant pas partie de sa liste rouge – et donc de France, notre pays étant actuellement sur sa liste orange – il ne sera plus nécessaire de présenter un test PCR négatif effectué moins de 3 jours avant leur départ direct pour l’Angleterre, et ce à compter du 4 octobre prochain.

Le test réalisé le deuxième jour après son arrivée restera de mise, a ajouté Grant Shapps, mais avec quelques changements à partir de la fin du mois d’octobre, le PCR étant remplacé par un test antigénique plus facile et moins couteux à réaliser. Ces modifications ne concernent bien sûr pas les voyageurs non vaccinés, qui devront continuer à subir un test avant le départ, deux tests après l’arrivée et rester en quarantaine pendant dix jours.

A noter que ces changements ne s’appliquent qu’à l’Angleterre. L’Irlande du Nord, l’Écosse et le Pays de Galles choisissent eux-mêmes les conditions d’entrée sur leur territoire. L’Écosse a déjà indiqué qu’elle rationaliserait elle aussi le système de feux de circulation, en fusionnant ses listes orange et verte. Mais elle a ajouté qu’elle prévoyait de maintenir les tests avant le départ.

Rappelons enfin que la carte d’identité ne suffira plus, à compter du 1er octobre, pour se rendre en Angleterre, Irlande du Nord, Écosse, Pays de Galles et îles anglo-normandes. Il sera impératif de présenter un passeport.

La compagnie italienne vient de remplacer Alitalia au sein de l’alliance aérienne SkyTeam, laquelle compte parmi ses membres le groupe franco-néerlandais et l’américaine Delta Air Lines. Le rapprochement concerne aussi le programme de fidélité.

Le remplacement d’Alitalia par ITA Airways au sein de SkyTeam était-il prévisible ? Ou pouvait-on penser que la nouvelle compagnie italienne hésiterait plus longtemps entre cette alliance et Star Alliance, l’une de ses deux concurrentes ? On sait en effet que Lufthansa, membre de Star Alliance, se verrait bien constituer un partenariat fort avec ITA… de même qu’Air France-KLM et Delta Air Lines.

Air France-KLM était un partenaire historique d’Alitalia. Mais leurs relations n’ont pas toujours été au beau fixe. Un rapprochement avec ITA pourrait se traduire par la constitution d’une joint-venture, voire son intégration – comme ce fut longtemps le cas pour Alitalia – dans l’existante joint-venture transatlantique associant Air France-KLM, Delta Air Lines et Virgin Atlantic. D’ores et déjà, ITA remplace Alitalia dans le programme de fidélité SkyTeam. L’ancien FFP MilleMignlia reste actif et les six millions de détenteurs de miles peuvent continuer à les utiliser sur certaines compagnies de SkyTeam.

L’adhésion d’ITA à SkyTeam peut donc être interprété comme l’une des premières étapes d’un rapprochement plus étroit avec Air France-KLM et Delta Air Lines. Rappelons que SkyTeam, alliance fondée en 2000, rassemble aujourd’hui une vingtaine de compagnies aériennes dont Air France-KLM, Delta Air Lines, China Eastern, Aeroflot, Czech Airlines, Korean Air et Vietnam Airlines.

Afin d'améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver les informations de connexion et collecter les statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site. Cliquez sur "Accepter et continuer" pour accepter les cookies et poursuivre directement sur le site ou cliquez sur "En savoir plus" pour consulter en détail les descriptions des types de cookies. En savoir plus